Accueil Info Quels sont les secteurs du tourisme qui recrutent avec la pandémie

Quels sont les secteurs du tourisme qui recrutent avec la pandémie

386
0
Quels sont les secteurs du tourisme qui recrutent avec la pandémie

La fermeture des frontières, suivie des confinements et des restrictions sanitaires, le Covid-19 a fait des ravages dans quasiment tous les secteurs du tourisme. Heureusement, des solutions ont été adoptées et certains secteurs tentent de se relever et créent des emplois. Voici les métiers des secteurs du tourisme qui recrutent avec la pandémie. Note : pour tous les métiers listés ci-après, vous devez impérativement présenter une candidature irréprochable pour pouvoir vous faire embaucher. Sur cette page, retrouvez des exemples de CV et de lettre de motivation qui vous permettront de décrocher directement le poste que vous désirez.

Chef de produit touristique

Ce métier du tourisme travaille dans le secteur du voyage. Plus précisément, il est embauché chez un tour-opérateur ou en agence de voyages locale. Il peut également travailler en ligne. 

Son rôle ? Programmer des voyages pour un type de clientèle prédéfinis. Ainsi, il définit la durée du séjour, les activités qui y seront effectuées, les moyens de déplacement une fois sur place, l’hébergement… Et bien évidemment, il doit calculer le prix à payer pour tout cela. 

Pour travailler en tant que chef de produit touristique, il faut avoir un excellent sens relationnel. Ce métier exige également des diplômes en tourisme. 

Aussi, et étant donné le contexte actuel, le tourisme local est le plus développé. Le chef de produit touristique ferait donc mieux de se spécialiser dans ce secteur. En termes de salaire, le chef de produit touristique gagne environ 2 800 euros bruts par mois. Bien entendu, le salaire augmente en fonction de l’expérience. 

Consultant en ingénierie culturelle

Avec la pandémie, le tourisme local est très prisé. Il est donc important de lui donner encore plus de valeur. C’est là qu’un consultant en ingénierie culturelle, appelé également manager de projets culturels, est requis, et que les recrutements dans ces secteurs sont de plus en plus nombreux.

En effet, ce professionnel du tourisme a pour mission d’optimiser la valeur culturelle d’un territoire ou d’une région afin d’attirer des touristes sur les lieux. Pour ce faire, il apporte son expertise dans la conception de parcs d’attractions, dans l’aménagement de musées ou d’un patrimoine culturel… 

Pour exercer ce métier, il faut avoir un niveau bac +5 en commerce, en tourisme, en communication, ou encore en histoire… 

Côté rémunération, un consultant en ingénierie culturelle junior gagne autour de 1 500 euros par mois. S’il est plus expérimenté, son salaire peut atteindre les 3 000 euros par mois.

Chargé de mission développement du tourisme local

Toujours dans le secteur du tourisme local, ce professionnel, connu sous le nom d’agent de développement touristique ou agent de développement local, est très sollicité. En effet, il peut être recruté dans des offices du tourisme, des associations, des structures intercommunales… 

Dans le but de solliciter l’intérêt des touristes pour la région, la commune ou même le pays, il fait tout pour promouvoir les richesses culturelles, humaines, naturelles et architecturales de ces derniers. Généralement, le chargé de mission développement du tourisme local agit sur la base de stratégies touristiques adoptées par les dirigeants des lieux.

La rémunération pour ce métier tourne autour de 1 700 euros. Cela peut atteindre jusqu’à 2 500 euros, suivant l’entreprise et l’expérience.

Commercial en tourisme

Malgré la pandémie, les entreprises œuvrant dans le secteur du tourisme ne peuvent pas se passer d’un commercial. Il en est ainsi des tours opérateurs, des groupes hôteliers, des parcs de loisirs…

C’est ce spécialiste en commerce touristique qui se charge de la vente des services proposés par l’entreprise qui l’emploie. Pour cela, il doit attirer les clients et les fidéliser. Ainsi, le résultat financier de l’entreprise en question repose en grande partie sur sa bonne performance. 

Pour exercer ce métier, il faut avoir suivi une formation commerciale dans une université ou une école de commerce. Le salaire d’un commercial en tourisme peut varier selon les besoins. Parfois, il est payé à l’heure, avec un taux horaire d’environ 15 euros. Parfois, il est rémunéré par commission. Et s’il touche un salaire de base, cela varie entre 1 500 euros et 3 000 euros par mois.

Conseiller en voyage

Malgré le Covid-19 qui fait toujours la une des actualités, le recrutement de conseiller voyage, un métier bien connu dans le secteur du tourisme, continue auprès des agences de voyages, des offices du tourisme ou encore chez les tours operator. C’est en effet à lui de susciter l’envie de voyager chez des touristes en leur proposant une destination adaptée à leurs attentes. 

Pour ce faire, il doit déterminer les types de voyages demandés par les clients. Il doit également étudier toutes les possibilités pour pouvoir proposer le meilleur des voyages.   

En outre, il s’occupe de l’organisation de ces voyages. Il en est ainsi de la réservation des billets d’avion, des hôtels, et des activités à faire pendant le séjour. Il s’occupe également des paperasses administratives. 

Le conseiller de voyage doit avoir un grand sens relationnel, en plus de son BTS ou licence pro en tourisme. Son salaire est en moyenne de 2 000 euros par mois.

Yield manager

Le yield manager ou revenue manager est l’un des métiers du secteur touristique le plus important en ce temps de pandémie. C’est ce dernier qui se charge d’élaborer une politique tarifaire au sein d’une entreprise spécialisée en tourisme. Pour cela, il étudie le mouvement de l’offre et de la demande. 

Au sein d’une entreprise touristique, le yield manager tient une grande responsabilité. En effet, l’efficience de la structure qui l’emploie dépend de lui, car c’est lui qui décide du prix de vente des produits et services proposés par la société. Ainsi, il tient compte du seuil de rentabilité. 

Le métier de revenue manager est accessible avec un bac + 3 en commerce, marketing ou tourisme. Néanmoins, pour faire face à la concurrence sur le marché de l’emploi, le mieux c’est d’avoir un diplôme de maîtrise. 

En matière de salaire, un Yield manager junior gagne autour de 2 000 euros bruts par mois. S’il est plus expérimenté, son salaire peut atteindre plus de 3 000 euros.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici