Accueil Non classé Nickel : l’ex compte Nickel tente une aventure à l’Internationale

Nickel : l’ex compte Nickel tente une aventure à l’Internationale

2817
0

Six ans après son lancement sur le marché français, l’ex compte Nickel, devenu Nickel tout court, passe la vitesse supérieure. Avec 5 000 points de vente dans l’Hexagone, la fintech va se lancer à la conquête de nouveaux clients européens et compte doubler ce chiffre d’ici fin 2020. En plus de ce premier objectif, les dirigeants de la néobanque visent 4 millions de clients d’ici cinq ans.

Focus sur le compte Nickel

Le compte Nickel a vu le jour en 2014 grâce à un partenariat entre la FPE (Financière des Paiements Électroniques) et la CBF (confédération des buralistes français). Il s’agit d’un compte sans banque que l’on peut ouvrir :

  • Soit sur Internet : via la plateforme de Nickel, une application web ou mobile
  • Soit dans un buraliste du coin : partenaire et agrée par la Banque de France

Quelle que soit l’option choisie, l’ouverture du compte Nickel ne prend que quelques minutes et ne nécessite qu’un abonnement annuel de 20€, sans frais ni obligation de revenus.
Contrairement aux comptes bancaires traditionnels, Nickel s’adresse au plus grand nombre, sauf aux professionnels, professions libérales et artisans. Les particuliers peuvent donc y avoir accès, quel que soit leur situation financière et leur statut :

  • Employés ;
  • Étudiants ;
  • Chômeurs ou personnes précaires avec de faibles revenus ;
  • Interdits bancaires.

La souscription au compte Nickel donne droit à :

  • Un compte libre : pour déposer de l’argent, domicilier ses revenus, faire des virements et effectuer des retraits.
  • Un Relevé d’Identité Bancaire (RIB) : il facilite les virements en zone SEPA.
  • Une carte bancaire prépayée MasterCard : elle permet d’effectuer des paiements en ligne ou en magasin.

Certaines opérations ne peuvent pas être réalisées avec la carte Nickel, à savoir les péages et les paiements auprès des distributeurs de carburant.
Depuis son rachat par BNP Paribas en 2017, Nickel revendique plus de 1.3 million d’utilisateurs avec près de 25 000 comptes ouverts chaque mois. Cela s’explique notamment par la simplicité et la souplesse de l’offre : sans condition de dossier ni de revenus.

Nickel teste le marché européen jusqu’à fin 2020

D’ici la fin de l’année, la néobanque aspire atteindre 2 millions de clients, français et européens confondus. Elle espère doubler ce nombre à l’horizon 2025 grâce à l’internationalisation de son offre. Pour cette année 2020, Nickel va tester le marché européen en cherchant dans chaque pays le réseau le plus adapté à son fonctionnement.
Ce projet d’expansion en dehors de la France a été déjà annoncé en 2018 par le PDG de BNP Paribas, Jean-Laurent Bonnafé. Maintenant que l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) a accordé la licence bancaire à la jeune pousse, elle peut s’élargir aux pays de l’UE en toute légalité. Selon le DG de la société, Jacques-Olivier Schatz, la fintech pourrait s’étendre sur le continent après un essai dans un premier pays européen.

Nickel en France : l’offre « Gold »

Alors que la start-up se concentre davantage sur sa stratégie à l’international, elle accélère sa croissance dans l’Hexagone. Avec environ 1,5 million de comptes ouverts depuis sa création en 2014, dont 400 000 l’année dernière, Nickel s’impose comme le n°1 de la néobanque française.
En plus de sa carte Nickel classique, une MasterCard de débit permettant de payer sans frais dans les magasins physiques et en ligne, la fintech a récemment lancé sa carte Nickel Chrome. Il s’agit d’une offre « Gold » qui s’adresse essentiellement aux clients qui voyagent beaucoup à l’étranger ou qui souhaitent simplement avoir plus de garanties.
Contrairement à sa grande sœur, la carte Nickel Chrome est nominative. Elle permet de payer gratuitement dans les magasins à l’étranger et les frais de retrait dans les distributeurs hors de la zone SEPA sont moins élevés. En plus de ces différents atouts, cette carte est couverte par des garanties et assurances supplémentaires au même titre que les CB MasterCard et Visa. Pour bénéficier de tous ces avantages, il suffit de s’acquitter d’une cotisation annuelle de 50€.
Bien que Nickel soit aujourd’hui plébiscité par la plupart des usagers bancaires, son offre reste toutefois incomplète. Par rapport à la concurrence, elle a pris du retard sur certains services, notamment la possibilité d’encaisser des chèques et le règlement via le paiement sans contact. Malgré ce léger bémol, elle promet d’y apporter une solution prochainement.
Aux dernières nouvelles, on sait que la start-up compte s’installer dans les pays suivants d’ici 2025 :

  • Portugal ;
  • Italie ;
  • Grèce ;
  • Espagne ;
  • Autriche ;
  • Belgique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici