Accueil Formation Kinésithérapeute libéral : un métier accessible en suivant la démarche adéquate

Kinésithérapeute libéral : un métier accessible en suivant la démarche adéquate

52
0
Le métier de Kinésithérapeute libéral

Embrasser une carrière dans le domaine de la santé est un choix tout à fait louable, vu que c’est un secteur qui rend service à ses semblables de manière considérable. Les postes à pourvoir dans le secteur sont nombreux. Le métier de kinésithérapeute est notamment l’une des occupations qui ont toute leur importance dans le traitement des patients ayant des soucis au niveau de leurs fonctions motrices. Le praticien peut également intervenir pour les problèmes respiratoires, et aussi circulatoires. Pour devenir kiné libéral, voici quelques étapes clés.

Suivre les études adaptées pour devenir kiné professionnel

Avant tout, la principale chose à faire serait de suivre les études nécessaires pour devenir kiné professionnel. En effet, l’exercice du métier ne s’improvise pas. Même si l’intervention du praticien ne peut se faire que sur prescription d’un médecin généraliste, être kinésithérapeute est une activité réglementée. Acquérir le savoir-faire nécessaire pour accomplir correctement le travail est primordial. La formation pour devenir kiné dure 5 ans dont une année de sélection et 4 années de préparation. À l’issue du parcours, l’étudiant recevra un diplôme d’État de masseur-kinésithérapeute. Il est recommandé de bien conserver l’attestation de réussite ainsi qu’une copie du diplôme en question pour un usage ultérieur. Enfin, pour engranger de l’expérience, le kiné fraîchement diplômé peut tout à fait aller consulter les annonces gratuites kinés en ligne afin de trouver des missions concrètes.

Accomplir les formalités administratives nécessaires

Une fois le DE ou diplôme d’État en poche, il sera maintenant question de l’accomplissement des diverses démarches administratives pour devenir kiné libéral. Les étapes à franchir sont nombreuses. Voici tout de même quelques-unes d’entre elles qui méritent d’être réalisées avec attention. En premier lieu, il y a l’enregistrement auprès du Conseil Départemental de l’Ordre ou CDO. C’est notamment le guichet unique pour cette action, et elle existe depuis l’année 2016.

Une fois l’enregistrement fini, le CDO délivrera au futur kiné libéral son numéro RPPS. Ce dernier est un identifiant unique du professionnel en tant que travailleur libéral. Le CDO remettra également son caducée ainsi que sa Carte de Professionnel de Santé au praticien.

Ensuite, le kiné diplômé devra procéder à l’enregistrement à la CPAM ou Caisse Primaire d’Assurance Maladie. Pour cela, il aura à fournir les documents suivant :

  • le RIP ou le RIB de son compte bancaire professionnel,
  • sa Carte d’assuré social,
  • son justificatif d’inscription à l’Ordre.

Suite à l’enregistrement à la CPAM, cette dernière délivrera au praticien les imprimés CERFA en vigueur. Ce sont des feuilles de soins. Le montant des honoraires du kiné sera également communiqué par la CPAM. Le signalement à l’URSAAF sera aussi réalisée par cet organisme. Après que les démarches auprès de la CPAM auront été effectués, il faudra ensuite réaliser une inscription à la Caisse de Retraites et de Prévoyance et des Auxiliaires Médicaux ou CARPIMKO. Cette procédure aura pour but la gestion du régime obligatoire de prévoyance et de retraite. La dernière étape à réaliser par le kiné désirant de devenir travailleur libéral est la souscription à une Assurance en responsabilité Civile Professionnelle. C’est notamment une démarche obligatoire, depuis 2002, à faire avant l’accomplissement de tout acte médical.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici