Accueil Info Jean-Marie Santander, l’autodidacte rebondit dans l’algue bleue

Jean-Marie Santander, l’autodidacte rebondit dans l’algue bleue

132
0
Jean-Marie Santander

Jean-Marie Santander voit le jour en 1951 à Boulhaut, ville située à une cinquantaine de kilomètres de Casablanca au Maroc. Agé de 15 ans, il arrive en France et obtient son BAC en électronique. Il est rapidement embauché par l’APAVE, une société spécialisée dans le management des risques environnementaux et techniques. A 21 ans seulement, il devient le plus jeune inspecteur en sécurité de France.

Entre 1974 et 1981, il mène de front sa carrière, ses études et sa vie de famille. Il décroche son diplôme d’ingénieur CNAM en électrotechnique mention électronique de puissance. Par ailleurs, il obtient également deux diplômes de troisième cycle en finance et management.

Au début des années quatre-vingts, il entame un second virage dans sa carrière déjà ascendante. Il prend le parti de s’intéresser au domaine de l’immobilier et de la construction. Il travaille durant plusieurs années en qualité de promoteur immobilier pour GPI Holding, un groupe suisse.

L’acte I : de la naissance à l’ascension de Théolia

C’est en 1999, qu’il fait la connaissance de Didier Lartigues et de Jacques Bucki. Ensemble, ils exploitent le domaine des énergies vertes. Ils fondent PMB Finance qui deviendra par la suite THEOLIA. A ses débuts ladite société a pour objectif de construire “des centrales de cogénération clé en main”.

Après avoir été le Directeur Administratif et Financier, puis le Président Directeur Général à partir de 2003, Jean-Marie Santander prend la tête de THEOLIA en juin 2004. L’ascension est fulgurante. En effet, THEOLIA devient en Europe leader en matière d’énergies éoliennes. Le groupe fait son entrée sur le Marché Libre dès 2002. Puis en 2006, il rejoint l’Eurolist B et le SBF 120. Un coup de maître. Ainsi, après seulement trois années passées à la direction du groupe, il parvient à l’amener à son apogée. A savoir, 320 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2007 et une valeur boursière dépassant rapidement le milliard d’euros. Il démissionne de ses fonctions en juillet 2008.

L’acte II : le lancement de Global EcoPower

Fidèle à ses engagements, il fonde par la suite la société Global EcoPower. L’objectif avancé est de développer les énergies renouvelables et de produire une électricité verte. Global EcoPower se spécialise ainsi dans la construction « clé en main » de centrales électriques fondées sur des énergies solaire-photovoltaïque et éolienne. En 2020, il quitte l’entreprise à la suite d’un différend lié à la gouvernance de l’entreprise.

L’acte III : le pari de la Phycocyanine issue de “l’algue bleue”

Jean-Marie Santander est sans conteste reconnu dans l’Hexagone comme le spécialiste des énergies renouvelables. Mais ses compétences ne s’arrêtent pas là. En effet, il s’intéresse depuis une quinzaine d’années aux bienfaits de la phycocyanine sur le corps humain. Cette cyanobactérie millénaire est extraite à partir de la spiruline aussi surnommée “l’algue bleue”. Elle permet notamment de stimuler notre système immunitaire. Elle possède également des vertus antioxydantes, anti-inflammatoires et anti-allergiques.

A ce titre, depuis 2020, il collabore avec son fils dans la création de la société Ecosynia. Ils développent ainsi la Phycocyanine Mineral-Blue à partir de spiruline cultivée en France.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici